Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Etui pour papiers-cadeaux

Depuis déjà pas mal de temps, traînent, sur une étagère du buffet de ma cuisine, des rouleaux de papier cadeau. Je sais, ce n'est pas leur place, mais c'est le seul endroit qui me permettait de les ranger.

Mais bon, j'aurais bien besoin de la place pour ranger autre chose, de plus approprié dans une cuisine, mdr.

J'ai donc décidé, enfin, de confectionner une sorte de sac, housse, étui ... enfin, en truc pour ranger et protéger tout çà, mais en toile cirée, comme çà, c'est vite nettoyé en cas de poussière.

Bon, rappelez-vous, j'ai encore et toujours du mal en couture. Chaque essai se transforme en une aventure ...

Pas grave, c'est comme cela aussi que j’apprends, mdr.

Voici mon premier essai :

J'ai suivi les conseils de ma prof de couture, qui m'a conseillé de mettre du papier de soie de chaque côté quand je cousais à la machine. OK !

Par contre, heu ... comment dire ? Je me suis rendue compte que j'ai coupé les angles au mauvais endroit pour la couture du bas, du coup, la forme n'est pas bonne.

Et puis, heu ... où est passée ma largeur ? Zut, j'ai oublié de la rajouter avant de couper !

Premier essai

Premier essai

Résultat, j'obtiens quelque chose qui ne ressemble pas du tout à ce que je voulais !

Bon, je mets cela de côté, je vais essayer de m'en servir pour autre chose.

Deuxième essai !

Je prends tout ce qu'il reste de toile cirée, pour le coup (j'avais pris 1m au départ). Je fais ma couture du long. je regarde sur internet comment on fait les angles, et ouf, pour une fois, c'est bon.

Etui pour papiers-cadeaux

Voici ce que cela donne en photos :

En entier

En entier

Le haut, avec une petite languette

Le haut, avec une petite languette

Le haut, côté ouverture, avec double-scratch

Le haut, côté ouverture, avec double-scratch

Et avec les rouleaux dedans

Et avec les rouleaux dedans

Bon, au final, j'ai un sac qui correspond à ce que je veux. J'ai mis des scratches pour fermer, car je ne savais pas comment faire. J'ai bien pensé à une fermeture éclair, mais je n'en avais pas sous la main, et je me suis dit que je n'allais sûrement pas avoir encore les bonnes mesures, et que cela allait encore attendre ... bref, j'ai mis des scratches.

J'ai mis une petite languette dans le dos. Elle est vraiment riquiqui, car je l'ai faite avec ce qu'il me restait de toile (vraiment pas grand chose). Elle est là pour faire "style", mais elle ne sert pas à grand chose ...

Parce que, il faut quand même que je vous le dise ... une fois rempli (et là, il n'y est qu'à moitié), c'est beaucoup trop lourd !!!!

Bon, j'ai bien essayé de renforcer le fond avec du carton ... mais cela ne résoud pas le problème.

Donc, déplacer ce sac de l'endroit où je vais le ranger (dans un coin d'une pièce où il ne gênera pas) à la salle quand on aura besoin de faire des paquets-cadeaux ... galère, galère !

Scrogneugneu ! Je n'avais pas pensé à cela !

Bon, je suis allée voir le chef, je lui ai expliqué mon problème, et je lui ai demandé de me faire une petite chignole.

Il m'a regardé avec de grands yeux. Bah oui, m'explique-t-il, une chignole, c'est un outil !

Ah ! ... Ben oui, forcément, pour moi, c'était un petit truc qui roulait, fabriqué à la "va-comme-je-te-pousse" ... Finalement, après forces descriptions et explications, je conviens pour le terme de caddie-charriot.

Bon, le chef va réfléchir au problème ...

Un autre problème que je n'avais pas prévu, c'est que sur la même étagère de la cuisine, il y avait tout un tas de rubans, étiquettes ... enfin ... tout ce qui va avec les paquets-cadeaux. Et là, ben ... je crois qu'il va falloir que je fasse un autre-sac-étui-fourre-tout pour caser cela, mdr.

Encore du travail, quoi !

Voir les commentaires

Le chat et l'aspirateur

Une petite vidéo envoyée par le fiston :

Quand je pense que mes chats s'enfuient dès qu'ils voient l’aspirateur à la maison ...

Voir les commentaires

Sang famille

Sang famille

Sang famille

De Michel Bussi

Michel Bussi est un auteur qui base ses aventures en Normandie. Cette fois, on suit un adolescent qui part à la recherche des ses racines sur une île anglo-normande.

Pour le coup, en commençant le livre, j’ai comme une vague impression de lire un « club des cinq » amélioré.

Mais l’auteur est aussi un grand familier des lectures de Maurice Leblanc, créateur du célèbre Arsène Lupin, et on sent très rapidement une intrigue tordue se mettre en place.

Au final, ce n’est pas le livre où se joue l’intrigue qui va sauver le monde, mais c’est un bon petit polar normand, que j’ai lu avec beaucoup de plaisir.

Une seule chose m’a dérangée pendant la lecture : l’histoire se passe en 2000, et la monnaie utilisée est l’euro. Mais, si mes souvenirs sont exacts, en 2000, nous utilisions encore les francs. Ce petit anachronisme m’a un peu perturbée quand même.

Sinon, autre détail, le livre est mal relié, et cela n’aide pas la lecture.

Sang famille

Voir les commentaires

Encore un gilet pétale

Voici un autre gilet pétale que j'ai réalisé en suivant les explications de ce site : http://roselaine.canalblog.com/archives/2014/03/03/29348329.html

donné dans le récapitulatif de Lolo.

Encore un gilet pétale

Cela permet de passer plein de restants de laine, mais du coup, cela fait beaucoup de fils à arrêter.

Voir les commentaires

Pantalon pour prématuré

Pour assortir avec le bonnet préma que je vous ai montré (enfin j'espère qu'au niveau de la taille cela correspondra), j'ai fait le petit pantalon dont Lolo nous a donné le modèle :

Pantalon pour prématuré

Voir les commentaires

Le club des 5 jugé trop difficile

Je suis en train de revendre mes vieux livres de bibliothèques rose et verte.

Un monsieur m'achetant toute une série de "6 compagnons", en bibliothèque verte, me disait qu'il recherchait absolument des livres d'occasion, car maintenant, les livres ressortent, mais ... en bibliothèque rose ! Plus de sexisme !

Seulement, ben, les garçons ne veulent pas forcément lire de la bibliothèque rose, jugée fille.

Récemment, une maman m'a acheté toute une série de livres Enid Blyton pour sa fille, me disant que les livres étaient réédités, mais réécrits, car jugés trop difficiles pour les enfants.

Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais Enid Blyton, ce sont les premiers livres qu'on lisait ...

Alors j'ai fait une petite recherche sur internet :

Le Club des 5 : la nouvelle traduction qui laisse sans voix

Pour notre plus grande joie (et, à la lecture, à notre plus grand désarroi), le blogueur Celeborn s'est adonné à la lecture comparée de l'ancienne version du Club des 5 (la célèbre série d'Enid Blyton) et de la nouvelle traduction, revue et corrigée. Et quelle ne fut pas sa surprise…et maintenant la nôtre ! Tout a été revu à la baisse. Disparus les passés simples et les nous, effacées également les trop longues descriptions.


Mais, attendez, ce n'est pas tout : le texte a été passé à la moulinette du politiquement correct ! Un comble me direz-vous ? Non, tout simplement représentatif de la baisse du niveau des lecteurs mais aussi et surtout de la baisse des exigences. Voici donc un billet brillant, là pour éclairer, changement après changement, la descente aux Enfers de notre club préféré… Sachez également que la version originale a subi récemment une révision déclenchant la polémique.

Le club des 5 jugé trop difficile


Je ne sais si, comme moi, vous fûtes bercés durant votre enfance par Claude, Mick, François, Annie et Dagobert. Je dois dire que je garde du Club des 5 d'Enid Blyton un excellent souvenir : des aventures extraordinaires, des personnages attachants auxquels on s'identifiait facilement, un super-chien presque humain dans ses réactions… Bref, le Club des 5 fut une vraie étape de mon enfance.

Or donc j'ai un jour entendu qu'il y avait quelque chose de pourri au royaume de la bibliothèque rose. Je ne parle pas ici de la présentation "marketing" de la collection affreuse, ni même des horribles illustrations de couverture qui ont remplacé les beaux dessins d'époque (qui ont d'ailleurs disparu des pages intérieures, alors qu'ils y rythmaient auparavant l'intrigue)… je parle de la traduction. « Traduction revue », me dit mon édition contemporaine.

Et pour cause ! Traduction massacrée serait en fait le terme le plus approprié. Je vous propose donc un petit comparatif entre la traduction originale et celle que l'on peut trouver aujourd'hui dans les librairies, avant d'essayer de tirer de tout cela quelques enseignements. Je m'appuie pour ce faire sur le titre Le Club des Cinq et les saltimbanques, renommé depuis Le Club des Cinq et le Cirque de l'Étoile. À lire pour savoir quoi acheter à notre enfant, petite nièce, a
rrière-cousin, fils des voisins…

Le club des 5 jugé trop difficile


I- Oui, oui, tout a changé ! (comparaison d'ensemble)


À commencer par le titre, donc, qui évacue le mot « saltimbanque », probablement jugé pas assez politiquement correct (vous verrez, l'accusation n'est pas gratuite). Rien à voir avec une volonté de se rapprocher du titre anglais, au passage.


1) Il est une fois

Modification la plus radicale : le récit n'est plus au passé simple, mais bien au présent !

Claude soupira → Claude soupire


2) On n'est pas des nous !

Le niveau de langue des personnages a singulièrement baissé. Tous les « nous » sont devenus des « on », et le vocabulaire est sacrément appauvri !

Donc, nous n'irons pas à Kernach cet été, conclut François. Qu'allons-nous faire, alors ? → Dans ce cas, c'est très clair : on n'ira pas à Kernach cet été, conclut François. Alors, qu'est-ce qu'on fait ?

Oui, c'est une bonne idée ! → Mais oui, c'est un projet génial !


3) Les descriptions, c'est ennuyeux

Et donc les pauvres descriptions du roman ont fondu. Et on a également coupé un certains nombre de phrases, de répliques : non à la longueur !


4) Le politiquement correct

Rappelons que, dans l'histoire, nos amis croisent Pancho, un jeune forain accompagné d'un sympathique singe, et qui est malheureux car il est traité rudement par son « oncle ». Comprenez qu'il est battu. C'est dit dans le livre. Cela fait du jeune garçon un personnage touchant, compagnon d'autres jeunes bambins aux conditions de vie difficiles dont la littérature pour jeunes gens est remplie. Or dans l'édition actuelle, Pancho n'est plus battu : tout au plus a-t-il reçu une fois une gifle de son oncle. Les motivations psychologiques des personnages ne collent d'ailleurs ainsi absolument plus à l'action.

Signalons au passage que la méfiance que les forains expriment envers la police a tout bonnement été caviardée, ainsi qu'une scène pourtant pittoresque où une vieille foraine ratatinée récupère les ouistitis enfuis à grand coups de paroles incompréhensibles, façon vieille sorcière.

De surcroît, les répliques ont été « redistribuées » entre les différents personnages : ce n'est plus Annie qui pleure à intervalles réguliers ou qui va faire la tambouille. Qu'on se le dise, le sexisme ne passera plus par le Club des 5 !


II- Étude de cas (le chapitre 10)

Afin de bien rendre compte de ce qui a été infligé à la série, j'ai choisi — complètement au hasard — un chapitre du livre et ai comparé avec précision les deux traductions.

VOCABULAIRE/NIVEAU DE LANGUE

Quand ils furent en vue → Quand ils s'approchent

Comptez-vous aller plus loin bientôt ? → Vous comptez rester longtemps ?

Nous resterons ici aussi longtemps qu'il nous plaira → On restera ici aussi longtemps qu'on voudra

Nous aurons du mal à l'empêcher de s'en prendre à ces messieurs → Nous aurons du mal à l'empêcher de vous sauter dessus.

Mon bon Dagobert ! → Salut, toi !

Au revoir ! À bientôt ! → Allez ! À bientôt ! Salut !

CAVIARDAGE (politiquement correct)

Tout le passage où Mick soupçonne à voix haute l'oncle de Pancho d'avoir envisagé de les voler est coupé. Dommage, il permettait de montrer d'intéressantes réactions psychologiques : rougissement de Mick, peur de blesser l'autre, réaction saine de Pancho.

On ne mentionne plus que l'« oncle » de Pancho a élevé ce dernier, orphelin, juste pour l'argent.

J'irai dans un autre cirque, parce que , dans celui-ci, on ne veux pas me laisser approcher des chevaux. C'est de la jalousie, j'en suis sûr, parce que je sais m'y prendre avec eux. → caviardé. Bouh les mauvais sentiments !

dit Lou en montrant ses vilaines dents jaunes → dit-il en montrant du doigt les roulottes rouges et vertes.

Tu m'as battu → Tu m'as grondé

Je ne pensais pas que Pancho pouvait s'entendre avec des enfants comme vous. Ce n'est pas son genre ! → Je pensais que c'était une mauvaise idée que Pancho devienne votre ami : il souffrira de vous quitter quand le cirque reprendra la route.

Admirez comment on a violemment injecté une grosse dose de bons sentiments dégoulinants au méchant oncle. De manière générale, cet oncle perd à peu près tout ses défauts, et on se demande bien ce qu'on en vient à lui reprocher.

CAVIARDAGE (raccourcissement pur, descriptions massacrées, etc.)

Claude trouvait réconfortante la certitude que Dagobert l'entendrait si elle le sifflait. Il accourrait au premier appel ! → Y'a plus !

(D'autres phrases disparaissent dans le même passage)

Et puis, je me plais avec vous ! — Merci répondit Annie. → y'a plus !

Ils passèrent une heure à discuter, puis le soleil disparut dans un flamboiement d'incendie, et le lac refléta de merveilleux tons de pourpre et d'or. → Ils passent encore une heure à discuter, puis le soleil disparaît derrière les sommets alpins, et le lac prend des reflets dorés.


III- Synthèse

Si nous résumons rapidement, le lexique s'est appauvri ainsi que les descriptions, le langage est plus « proche » de celui des jeunes, le passé simple —probablement jugé trop difficile d'accès — a disparu, la complexité psychologique des personnages ainsi que leurs caractéristiques propres ont été gommées… et surtout le texte a été soumis à une véritable révision idéologique, façon Anastasie !

La gentillesse irradie, suinte de partout ; les méchants ne sont plus trop méchants ; l'expression des préjugés est évacuée ; la figure de l'enfant battu est pudiquement passée sous silence ; les scènes de genre qui présentent le monde des forains comme un groupe social doté d'un certain protectionnisme, d'une certaine méfiance des étrangers et de pratiques parfois hors du commun ont disparu.

Ajoutons à cela quelques incohérences délicieuses : on fait intervenir Dagobert dans le dialogue à un moment où il n'est pas là ; et surtout, les membres du Club des 5, désormais armés de leurs téléphones portables, vont quand même frapper à la porte de la ferme pour téléphoner (leur couverture réseau n'a pas l'air excellente !).

Que s'est-il passé ? On peut y voir d'une part l'influence du pédagogisme : nul doute qu'une personne dotée des meilleures intentions du monde s'est dit que non, vraiment, ces histoires étaient un peu dures, et qu'il fallait lisser tout ça, pour ne pas présenter aux enfants des choses qui pourraient les choquer, leur donner de mauvaises idées, etc.

Mais j'y vois aussi une marque de la baisse du niveau. On ne révise pas des traductions à ce point si ce n'est aussi pour des raisons commerciales. Pourquoi ce lexique rachitique, ce présent de l'indicatif ? Mais parce qu'il faut continuer à vendre les livres, bien sûr, et pour cela, il faut que le maximum d'enfants puissent les lire ! De là à dire que le niveau de lecture baisse et que les commerciaux s'en sont rendu compte et on cherche à remédier à cela, il n'y a qu'un pas que je me permets de franchir.

En conclusion, si vous aussi vous avez aimé le Club des 5 et si vous souhaitez faire partager ce plaisir aux jeunes gens d'aujourd'hui, le marché de l'occasion vous tend les bras !

Voir les commentaires

Envoi du colis de petits bonnets

Je voulais faire un peu plus de petits bonnets, mais je pense que je ne vais pas avoir le temps. J'ai donc décidé d'envoyer le colis avant la date limite (1er décembre).

Je les ai tous mis en tas sur la table, cela fait un joli petit tas quand même :-)

Envoi du colis de petits bonnets
Envoi du colis de petits bonnets
Envoi du colis de petits bonnets

Après, je les ai rangés dans des sacs : 1 sac de 100, et un de 56.

Et oui, cette année, j'ai fait moins de bonnets que l'an dernier ...

Envoi du colis de petits bonnets

Mais le colis est parti, et ces bonnets iront grossir le tas chez les Petits Frères des pauvres.

Si vous souhaitez plus de renseignements, vous pouvez consulter ce site :

Voir les commentaires

L'élixir du diable

L'élixir du diable

L’élixir du diable

De Raymond Khoury

J’ai déjà lu des livres de cet auteur, que j’ai beaucoup aimés. Là, comment dire, cela commence mal. On est en plein trafic de narco-stupéfiants. Et s’il y a un sujet que je n’aime pas, c’est bien celui-là.

Bon, me suis-je dit, poursuivons, cela ne va pas durer tout le livre, l’intrigue va se mettre en place, et rebondir sur autre chose.

Et bien non ! Tout le livre ne parle que cartels de la drogue, barons de la mafia, dernières générations de pilules pour planer un maximum ... Là j’avoue, que pour le coup, je suis vraiment un très mauvais public, qui m’a sûrement fait occulter tout le reste.

Résultat, je n’ai pas aimé ce livre. Mais je pense que vous l’aviez deviné ?

L'élixir du diable

Voir les commentaires

Salon des Loisirs Créatifs

Jeudi dernier, je suis allée au Salon des Loisirs Créatifs à Paris.

Évidemment, bouchon sur le périph' ! évidemment, le parking où nous avions prévu de nous garer ferme juste devant nous ! Du coup, nous nous sommes garés super loin ...

Enfin, pas grave, le salon était là !

Salon des Loisirs Créatifs

Qu'ai-je vu ? Beaucoup de belles choses, d'idées ... Je suis revenue avec des choses à essayer ... mais oui mais oui, on y croit, mdr.

Cette année, il y avait beaucoup de stands pour le patchwork, peut-être un peu moins pour le point de croix. De la laine aussi, des origamis, pliages et trucs japonais, des perles et fabrication de bijoux (moins que ce que j'avais déjà vu une année), beaucoup de choses pour le scrapbooking, et puis aussi sur la cuisine, et puis les machines à coudre et à broder, quilter (sans les prix) et de marques dont je ne connaissais même pas le nom ...

J'ai été déçue de trouver très peu de choses sur la mosaïque, que j'aimerais essayer, un jour, peut-être ...

Même chose sur le serviettage. Je voulais trouver des petites serviettes sympas, pour faire de la déco ... rien de tout cela. Par contre, j'ai trouvé un super stand où ils font du serviettage sur verre ... Magnifique !

Je cherchais sinon un certain modèle de point de croix, que j'ai vu en vente sur internet, mais que je pensais trouver au salon, car j'aime bien voir ce que j'achète, et puis le point de croix et moi, je crois que mes yeux n'aiment pas beaucoup ... mais bon, le modèle me plaisait bien, alors je me disais que peut-être, en le voyant ... Bon, il faudra que je me décide ou pas rien que sur internet ... à voir ...

Sinon, et bien ... un monde fou. Vous n'imaginez pas à quel point ! Les allées ne sont pas très larges, et on se marche presque dessus. Il faut jouer des coudes pour approcher des stands. Et les papoteuses qui papotent en plein milieu de l'allée ! grrrr !

Résultat, au bout de quelques allées, le bruit, la chaleur aidant ... on ferait bien une petite pause pour le repas. Mais non mais non, pas possible ! Ces organisateurs de salons, ils ne prévoient rien. Mais si, vous diront-ils, vous pouvez aller au salon des Plaisirs Gourmands, vous trouverez. Ben voyons !

Imaginez 3 ou 4 "restaurants" (mdr), de 3 ou 4 tables de 2 personnes chacun ! Une queue dont je n'ose même pas compter le nombre de personnes. Pareil pour les vendeurs de sandwiches !

Résultat, beaucoup de personnes sont assises par terre dans les allées du bout, afin de sustenter leur faim naturelle par un pique-nique maison. Très peu pour moi ! Pas de manger le pique-nique maison, non, mais de m'assoir par terre dans les allées où les gens continuent à déambuler ...

De même, n'essayez pas d'aller aux toilettes, j'ai compté au moins 50 personnes dans la queue !

Du coup, on a décidé de finir les allées, et de partir ensuite, quitte à s'arrêter plus tard sur la route.

A chaque fois que je vais à un salon, c'est toujours les mêmes choses que je reproche :

- les allées trop petites compte-tenu du monde (et j'avais visé le jeudi, en me disant que ce n'était pas le jour de l'ouverture, ni celui des enfants, ni le week-end ...)

- et puis rien pour manger. Honnêtement, quand la fatigue se fait sentir, faire une petite pause, mais en étant assis, rien de tel pour recharger les batteries et continuer.

A chaque fois, je me dis que c'est le dernier que je fais, parce que, si on a du plaisir à voir de belles choses, c'est quand même très galère au niveau de l'organisation.

Voir les commentaires

Pain de poisson

Une recette transmise par Faby

Ingrédients :

- Une grande boîte de thon (400 g)

- 12 biscottes

- 3 oeufs

- 2 verres (à moutarde) de lait

- sel, poivre

Pain de poisson

Préchauffer le four

Égoutter le thon, et l'émietter dans un saladier. (Je ne perds pas le jus, je le mets de côté pour mes petites boules de poil qui s'en font un régal !)

Casser les biscottes et les faire ramollir dans le lait. Au fur et à mesure qu'elles sont ramollies, les mélanger au thon. Normalement, tout le lait aura été bu par les biscottes, s'il en reste un peu, le mettre dans le saladier aussi.

Casser les œufs entiers dans le saladier, ajouter du sel et du poivre. Bien mélanger.

Mettre dans un moule à cake beurré.

Cuisson : 45 minutes

Pain de poisson

Ce plat se mange froid, avec une mayonnaise.

C'est une entrée que je prépare en général la veille, et je fais la décoration au dernier moment.

Pain de poisson

Cette recette peut se faire aussi avec une boîte de saumon (plus fade à mon avis).

On peut aussi rajouter du fromage râpé (100g).

Voir les commentaires

1 2 3 > >>