Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crimes en forêt d'Auge

Crimes en forêt d'Auge

Crimes en forêt d’Auge

De Raymond Ruffin

Le livre se passe en 1928. L’auteur a utilisé nombre de mots et d’expressions locales en patois, voulant sûrement rajouter à l’authenticité du récit. Malheureusement, pour nos oreilles et surtout nos yeux, en particulier les miens, peu habitués à cette façon de s’exprimer, cela gâche la lecture.

La piste suggérée de ces crimes, imaginée par l’auteur, est intéressante, mais l’auteur ne va pas au bout de son idée, et l’on reste sur sa faim. Plus qu’une véritable histoire, le récit aborde surtout le bouleversement profond engendré par la création de l’aéroport, en supprimant des parcelles de forêt, nourricières de bien des familles … Une façon de vivre qui s’efface face au progrès …

Pour les personnes originaires de ce petit coin très particulier du Pays d’Auge, le livre aura une profondeur particulière, pour la description méticuleuse des lieux et des personnes.

Un livre à conseiller à un public local …

Crimes en forêt d'Auge

C'était le dernier livre de l'année ...

martine 30/12/2015 20:53

Bonsoir,
Je trouve souvent difficile à lire quand il y a du patois. ça me fait perdre le rythme d'une lecture.
Merci pour ton avis.
Bonne soirée
Bisous
martine

Panpanette 01/01/2016 12:14

C'est vrai que le patois, les langages familiers ... ça rompt la fluidité de la lecture ...
Bisous

Mamiedesiles 30/12/2015 17:55

coucou, et bien malgré ce "Patois", tu me donnes bien envie de le lire cet écrivain, j'ai habité cinq ans près de Dozulé et j'aime ce pays augeron!! Ces histoires de terroir me plaisent toujours beaucoup, je me suis remise à poster sur mon blog apres quelques jours d'absence dû au manque de wifi mais enfin tout rentre dans l'ordre, bisous

Panpanette 01/01/2016 12:13

C'est un peu plus loin que Dozulé, plutôt très proche de St Gatien ... Je suis contente de voir que mes lectures suscitent des envies de lecture ...
Je te souhaite une très bonne année 2016, avec hélas, moins de douceur qu'au pays de l’éternel printemps ...
Bisous